mercredi 18 janvier 2017

Petites et grandes questions

Pas toujours facile d'aborder les émotions quand on ne sait pas encore bien s'exprimer. Voici une sélection de livres jeunesse propres à développer le langage des petits, partager et libérer leurs sentiments et leur imagination.

Constance Verluca, Julien Hirsinger et Jeanne Boyer, Le Petit Questionneur, l'école des loisirs dans la collection Loulou et Cie, 2016.

"Quel est le métier tu ne veux pas faire plus tard ?" "Qu'est-ce qui te fait rire ?" "Tu préfères Noël ou ton anniversaire ?" "Qu'est-ce qui te fait le plus peur ?" 
En quelques questions finement illustrées par Jeanne Boyer, Julien Hirsinger et Constance Verluca délient les langues des petits. On part de questions en apparence anodine et de dessins presques naïfs, proches de ceux que les enfants eux-mêmes peuvent faire.


Peu à peu les barrières tombent entre le grand et le petit. Aux questions de ce drôle d'album, il n'y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Il y a simplement  un moment d'échange, une discussion entre l'adulte et l'enfant où il ne se joue pas de rapport d'autorité. L'adulte pose les questions puisqu'ils les lit, mais il est lui aussi amené à répondre et livrer un peu de ses désirs ou de ses peurs. 

Shinsuke Yoshitake, traduit du japonais par Elisabeth Duval, C'est peut-être une pomme, Kaléidoscope, 2016.

Cette pomme, là, posée sur la table, êtes-vous certain qu'il s'agit bien d'une pomme ? Peut-être est-ce une orange déguisée en pomme ? Peut-être est-ce une petite planète peuplée d'extraterrestres à tête de pomme ? Peut-être que cette pomme éprouve des sentiments ? Ou aurait souhaité être une poire ? 
Dans une digression délirante et à mourir de rire, Shinsuke Yoshitake nous embarque dans les questionnements d'un petit garçon... face à une pomme. 


Ce banal fruit, qui a tout de même révélé la gravité à l'humanité, donne l'occasion à un exercice d'imagination débridée. Pas sûr que les enfants saisissent toutes les références et l'humour parfois absurde de ces 50 nuances d'une pomme, mais ils seront sensibles à l'ouverture d'esprit de cet album hors norme. S'il est possible d'inventer une quarantaine de pages d'aventures passionnantes à partir d'une simple pomme, on peut raconter ce qu'on veut ! 
Un album jubilatoire qui décomplexe l'imagination... et qui changera à jamais votre regard sur les pommes ! A partir de 5 ans. 


Le singe mange tout le régime de banane sans se soucier de demain. La girafe feint de ne pas remarquer le chaton en difficulté sur un arbre. La souris se venge de toutes les misères que lui a fait subir le chat... Mais ce qui nous rend heureux est-il ce qu'on vit seul dans son coin ? 
En quelques questions mises en scène dans des situations proches du quotidien d'un enfant à partir de 3 ans, ce grand album à rabats ouvre la discussion sur la différence entre le plaisir immédiat et égoïste et le bonheur. Partager est frustrant, mais gratifiant. Aider peut être pesant, mais peut aussi procurer une joie intense. A chaque question, nulle réponse n'est donnée, et il convient de ne pas moraliser l'enfant sur ce qu'il préfère, mais au contraire comprendre qu'elles sont ses attentes de la vie. Par exemple, certains préfèrent se sentir protéger que de découvrir le monde, ou aiment s'imaginer autres que ce qu'ils sont... pourquoi les juger quand on peut simplement leur rappeler qu'ils sont aimés tels qu'ils sont. 
Un beau livre aux illustrations plaisantes qui permet d'ébaucher une définition du bonheur avec les petits. 

Pour aller plus loin : 

jeudi 12 janvier 2017

Balades hivernales

C'est officiel, le thermomètre affiche des températures proches de zéro, la neige recouvre les cimes et on sort les manteaux chauds ! Bref, c'est l'hiver ! Profitons de cette saison glaciale pour rester bien au chaud à lire de bons livres !


Plupp aimerait avoir sa propre maison, il décide de rendre visite à ses amis les animaux pour découvrir leurs habitats. Mais ce qui abrite Hermine, Lemming, Castor ou la chouette des neiges ne convient pas à Plupp. Il construit alors sa propre hutte au bord d'un lac avec l'aide de tous ses amis. Après avoir mis bien du coeur à l'ouvrage, il est temps pour le petit personnage de profiter de sa maison à lui, bien douillette et chaleureuse, alors que l'hiver s'installe tout autour. 


Ouvrir cet album d'Inga Borg, c'est comme découvrir un livre oublié des années dans une bibliothèque de famille. En effet, il s'agit de la première édition française de ce petit joyau de littérature suédoise alors que l'édition originale date de 1956. On suit les aventures de cet attendrissant lutin qu'est Plupp en douceur, on découvre la nature et les animaux qui l'environnent, dont les cris et les sons ponctuent le texte, exactement comme si nous étions en train de nous promener au coeur de la campagne nordique. Le rythme a de quoi surprendre - agréablement- le lecteur du XXIème siècle : la trame narrative n'est pas simpliste, Plupp poursuit son objectif et en dévie parfois... pour finir par revenir auprès de son âtre pour passer l'hiver. 
Une promenade poétique dans un tendre paysage d'hiver, à partir de 4 ans


Un petit loup blanc se retrouve seul dans l'immensité de la forêt. Ses parents l'ont abandonné, repoussés par son étrange couleur. Le loup erre à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent quand il rencontre un loup entièrement noir. En quelques phrases, celui-ci lui fait se rendre compte de sa grande solitude : il n'a pas de famille, et même pas de nom ! Même quand on vit dans la solitude des bois, il est pourtant possible de trouver l'amitié. 
Ce récit pourrait être presque être considéré comme un documentaire tant il est minimaliste. On accompagne ce drôle de loup dans son errance solitaire au travers de l'hiver. Les illustrations de Grégoire Solotareff se font réalistes, les yeux jaunes du loup blanc nous fixent sans douceur, et on ne nous cache pas que ce "vrai loup" cherche à croquer quelques "grassouillettes souris". Pourtant, nous sommes bien en présence d'une fiction, qui débute avec la rencontre de l'autre loup, exact opposé du loup blanc, qui va le sortir de son état sauvage en révélant ses sentiments mais surtout en lui donnant un nom. 
Une magnifique illustration de l'hiver, à partir de 5 ans


Quand on est le plus jeune d'une fratrie, on est parfois frustré de ne pas en savoir autant que ses frères. C'est le cas de cet adorable petit lapin qui est bien étonné lorsque sa maman lui parle du printemps qui arrivera après l'hiver. Lorsqu'il glane quelques informations sur le printemps, celles-ci restent très vagues : il sait que c'est doux, chaud, et qu'au printemps il pourra monter suffisamment haut aux branches des arbres pour voir la mer à l'horizon. Aussi, quand le curieux petit lapin fait la rencontre avec un immense ours polaire qui le hisse en haut de l'arbre, il pense l'avoir enfin rencontre : le printemps ! 


Les illustrations de Chiaki Okada feront vaciller les plus blasés par leur tendresse. Les étendues hivernales sont de toute beauté et on fond devant l'intérieur cosy et coquet des lapins. L'histoire est simple mais jolie, idéale pour retrouver un peu de douceur par ces temps maussades. A partir de 3 ans. 


Sur l'étendue blanche et glacée de la banquise, la sorcière blanche s'enfuit rapidement vers sa tente : elle a enlevé la petite Smilla, la fille de Miki ! Comment la récupérer, alors que même le chamane dit qu'il ne peut rien faire pour la secourir ? Heureusement qu'Anuun, le garçon-au-sourire, brave l'immensité de la banquise pour libérer Smilla des griffes de la vieille dame. Mais celle-ci s'accroche à l'âme de l'enfant, désolée de rester seule dans le froid, elle qui ne rêve que d'être "une mère, une grand-mère, ou une ancêtre".


Quel beau duo créatif forment Carl Norac et Herbéra ! Les illustrations magnifiques de Ghislaine Herbéra, tels les signes magiques des sorcières, nous hypnotisent et nous embarquent dans cet univers librement inspiré des contes inuits. Cet album fascinant est une invitation à l'imaginaire : les noms tarabiscotés des personnages, leurs aventures entre le monde des humains et celui des âmes, le mystère rattaché à l'étendue immaculée de la banquise éclairée d'aurores boréales... tout concourt à nous emporter, comme Smilla dans la hotte de la sorcière.
Un album lumineux à partir de 5 ans.

Pour aller plus loin : 
- D'autres histoires de loups ici et .
- Découvrir la culture inuit.
- Se préparer à accueillir le printemps. 

dimanche 8 janvier 2017

Toutes les bestioles sont dans la Nature

Et si nous plantions une graine dans l'esprit des générations futures à même de sauver des espèces en voie de disparition ? En effet, force est de constater que la chasse intensive de certains animaux est en grande partie liée à leur "mauvaise réputation". Ils font peur, ils sont "méchants", ils nous dégoûtent... Et si nous apprenions à nos enfants à nous rendre compte que toutes les bestioles ont leur place dans la Nature. 


Présentes dans tous les océans de la planète, les 500 espèces de requins sont honnies des humains qui y voient souvent des prédateurs sanguinaires. Mais connaît-on vraiment ce poisson qui a la particularité d'être dépourvu d'os et peut atteindre des vitesses impressionnantes (au moins 65 km/h pour le requin taupe), des tailles incroyables (20 mètres de long pour le requin-baleine, ou la taille d'un stylo pour le sagre) et une multitude de formes passionnantes ? 


Owen Davey, illustrateur de génie, manifestement fasciné par son sujet, nous fait découvrir le monde des requins en insistant sur leurs formes et leurs motifs. On est rapidement fasciné par ses reproductions loin d'être ennuyeuses et encyclopédiques mais qui mettent en valeurs la beauté graphique de ces poissons fuselés. 
Les informations documentaires n'en sont que plus agréables, distillées avec beaucoup de style. On compare les différents aspects que prend le célèbre prédateur souvent desservi par les représentations populaires, mais également le coeur d'un véritable éco-système qui permet de nourrir des créatures marines plus petites qui existent dans son sillage et se nourrissent de ses restes. 
Un documentaire lumineux sur cette espèce redoutée et méconnue,  à partir de 5 ans


Elles piquent, grattouillent, grignotent, énervent... doit-ont pour autant détester les petites bêtes ? Ceux que nous désignons le plus souvent comme des nuisibles ont pourtant un rôle de choix dans notre vie quotidienne, et pas seulement pour nous empêcher de dormir la nuit ou infester nos aliments ! 
Yuval Zommer nous propose un voyage au pays du minuscule, un territoire peuplé d'êtres parfois inquiétants, gluants, dotés de nombreux membres et de plusieurs paire d'yeux. Pendant ce périple, nous sommes clairement invités à scruter les pages de ce documentaire grand format pour découvrir le maximum d'informations sur les petites bêtes qui nous entourent et font partie de notre quotidien. Progressivement, nous apprenons ainsi leur façon de vivre, de se nourrir, de communiquer, mais aussi leur rôle important pour la Nature et l'Homme ! 
Les enfants apprécieront le style faussement naïf de l'illustrateur qui les enjoints dès les premières pages à se munir à leur tour d'une loupe et d'un crayon pour représenter les trésors de la Nature qu'ils trouveront facilement autour d'eux. 
Une invitation sympathique à observer... et à respecter ! A partir de 4 ans



La petite abeille s'éveille et commence son voyage au coeur d'une nature luxuriante qui lui offre le doux nectar des fleurs. En contrepartie, le petit insecte se charge de pollen et permet aux plantes de se régénérer. 


La nature représentée par Britta Teckentrup est gorgée de lumière et de couleurs. Certaines pages donnent envie de se rouler dans un champs de fleurs sauvages. Tout est beau, la nature est plus bucolique que réaliste, tout comme l'album est plus un exercice esthétique que documentaire. Malgré tout, on se plaît à contempler ces illustrations poétiques à souhait qui, certes, ne nous apprendrons pas grand chose sur le triste sort des abeilles, mais qui donnera à coup sûr des envies de nature aux petits lecteurs à partir de 3 ans

Pour aller plus loin :