samedi 18 février 2017

Sur la lune

Ces derniers temps le blog a été plutôt sur la lune... Essayons de revenir en douceur avec une sélection de circonstance ! 


La couleur préférée de Lola est le jaune doré du soleil. Quand le jour tombe, elle s'applique à allumer toutes les lumières de la maison, et surtout à chercher la main rassurante de sa maman pour ne pas se laisser terroriser par les ténèbres. Mais Maman la rassure : quand le soleil part, c'est la clarté de la Lune qui veille sur elle. 
Cette histoire nous parle tout en douceur de la peur du noir et de la tombée de la nuit, mais surtout de l'importance de la tendresse d'une maman pour aider un petit à dompter ses angoisses. La Lune éclaire les illustrations très mignonnes d'Aimée Sicuro. Elle attribue à la mère et la fille un visage doux et clair qui répond à la pâle silhouette de la Lune. Des détails adorables remplissent les pages de cet album : la végétation luxuriante aux abords de la maison comme les motifs qui décorent la maison constituent un univers apaisant. 
Un album qui instille du calme, à partager à l'heure du coucher, à partir de 3 ans.

Grazia La Padula, Là où dort la Lune, Marmaille et compagnie, 2016.

Un terrible malheur frappe la planète Urania comme la Terre : depuis cent jours, la Lune ne se montre plus. Or, si les petits habitants de la lumineuse Urania sont accablés par cette disparition et décident d'envoyer le plus malin d'entre eux, Silver, à la recherche de l'astre disparu. , Sur Terre, en revanche, personne ne semble remarquer la disparition de la Lune, à l'exception d'une petite fille curieuse, Martina. Cette dernière dégage tellement d'énergie pour retrouver celle qui jetait un voile magique sur son existence qu'elle attire Silver à elle. Ensemble, ils partir pour le monde où se cache la Lune endormie et réveiller, avec elle, l'imagination du monde. 
Cette histoire fantastique est accompagnée par des illustrations très soignées, aussi imaginatives que la petite tête de Martina qui n'est pas à court d'idées pour construire des aéronefs ou des machines sophistiquées. Si le dessin de Grazia La Padula est réellement fascinant, on passe un peu à côté de l'histoire, à mon sens. On aimerait en savoir plus sur Urania, ses habitants, le mystérieux monde de la Fabrique des Idées où la Lune s'est assoupie et aussi à propos des étranges machines qui entourent Martina. 
Un rendez-vous prometteur mais un peu manqué qui donne malgré tout une jolie interprétation de l'influence de la Lune : gardienne de l'imagination foisonnante des enfants vifs comme Martina. A partir de 5 ans.


L'astronomie est-elle une discipline qu'on peut enseigner en maternelle ? Michelle Hartmann répond par l'affirmative et propose aux plus jeunes écoliers de découvrir les mystères de l'espace, parmi lesquels ceux de la Lune, bien sûr. 
L'approche est pluri-disciplinaire et pas seulement scientifique. Les enfants sont invités à observer, interpréter, mais surtout à créer en exploitant les notions rencontrées. L'observation de la Lune est l'occasion de création en reliefs qui introduisent les notions d'ombres et de lumières. Pour mieux comprendre le trajet de l'astre autour de la Terre, rien de tel que de faire danser une valse aux enfants : l'enfant-Terre tourne sur elle-même alors que la Lune montre toujours la même face et accompli un trajet sinueux etc. 
Les applications sont nombreuses et inventives, gardent une part de poésie appliqué à un domaine scientifique parfois délaissé par les professeurs qui s'adressent à de jeunes enfants de peur de les égarer. 
Une source d'inspiration riche pour les enseignants de maternelle ou primaire, ainsi que pour les parents qui souhaitent aborder l'astronomie avec leurs enfants. N'oubliez pas de consulter cette ancienne sélection de livres jeunesse sur le thème de l'espace

Pour aller plus loin :

 
Poursuivez le voyage en découvrant la première collection poétique de la toute jeune marque de papeterie Rameyttes, hommage à la lune et aux beautés du ciel. Vous y trouverez petits et grands carnets pour noter vos idées, de jolies cartes pour partager vos souhaits et un calendrier lunaire pour tirer le meilleur de l'influence de la Lune !
En vente à l'Atelier Nota, 10, rue Ramey, dans le 18ème à Paris.

dimanche 22 janvier 2017

Clowns, forains, acrobates... bienvenue dans le monde du spectacle !

Les couleurs bigarrées du cirque et des fêtes foraines sont une source d'inspiration sans fin. Voici quelques livres jeunesse qui nous font entrer dans le monde du spectacle et de l'illusion, qu'on ait 4, 14 ans ou bien plus ! 
David McKee traduit de l'anglais par Valérie Dayre, Monsieur Benn, La Joie de Lire, 2010

Monsieur Benn entend quelques rires d'enfants monter de la rue et l'envie de provoquer la joie autour de lui le prend au corps. Rien de plus facile : il suffit de se rendre au magasin de costumes, d'enfiler la parfaite panoplie de l'amuseur public et l'aventure commence ! Monsieur Benn rejoint le cirque et participe activement à son installation. Parce que la vie de cirque, ce n'est pas simplement faire un numéro, c'est aussi voyager en dépit des obstacles, monter et démonter le chapiteau et surtout, agir comme une troupe, et pas chacun de son côté.


David McKee l'illustre papa de l'éléphant Elmer, s'empare de l'univers du cirque pour tisser un large patchwork remplis de détails minutieux croqués dans une ligne naïve. Cette impression est renforcée par un usage de la perspective très proche des dessins d'enfants : les nombreux éléments sont quasiment tous sur le même plan, on se balade dans l'image comme Monsieur Benn dans son monde imaginaire. 


Hannah a parfois l'impression d'être tombée dans sa famille par hasard : ses parents sont obsédés par la sécurité et les règles alors qu'elle ne pense qu'à escalader, fureter, imaginer... Alors qu'elle se croit proche d'une mort terrible des suites de l'ennui que lui procure son quotidien, elle est témoin de l'arrivée du plus grand bazar jamais vu dans sa petite ville. Une grande ribambelle bruyante fait son entrée fracassante, menée par un garçon perché sur un chameau. Clowns, acrobates, magiciens... tous attirent les regards et aussi les soupçons ! Une chose est certaine, la vie d'Hannah ne sera plus jamais la même.
Attention, crise de rigolade en perspective ! William Sutcliffe a un don pour l'humour absurde, il s'adresse au lecteur avec nonchalance, multipliant les notes de bas de pages explicitant l'origine d'une blague ou d'une anecdote. Un grand chapeau au traducteur qui a adapté nombre de jeux de mots et de jeux sur les sonorités sans perdre une once d'humour ! Les illustrations de David Tazzyman ne sont pas en reste : comme de petits croquis qu'un lecteur aurait ajouté à la main au cours de sa lecture.
L'histoire se poursuit à rythme échevelée : Hannah se lie avec le jeune garçon au chameau, Billy, et découvre que la vie dans le cirque dirigé par l'impitoyable Armitage Shank est moins amusante qu'il n'y paraît, ce Monsieur Loyal d'un genre particulier ayant une vision très personnelle de l'honnêteté. Suspense, rebondissements, blagues parfois potaches... Le livre file à toute vitesse ponctué par des éclats de rire et on en redemande !

William Sutcliffe, traduit de l'anglais par Jean-François Ménard et illustré par David Tazzyman, Le cirque des voleurs se déchaîne, Gallimard Jeunesse, 2016.

La bonne nouvelle, c'est que le deuxième tome des aventures d'Hannah et Billy sont également disponibles en librairie. A l'occasion de cette suite, les deux enfants apprendront qu'ils sont en réalité plus proches qu'ils ne le pensaient, mais surtout feront la rencontre d'artistes de cirque tous plus frappa-dingues les uns que les autres. 
On reste dans le registre de la farce et du second degré, mais on s'attache aux personnages principaux à la recherche de leurs origines et on quitte leur univers haut en couleurs avec regrets. 
Une lecture jubilatoire à partir de 10 ans


A la disparition de sa mère, Luna est chargée de reprendre le rôle phare de voyante de la fête foraine. Epuisée par le rythme de travail effréné imposé par les forains, les brimades incessantes de son frère et la blessure du deuil, l'adolescente décide de mettre fin à ses jours. Son bref séjour à l'hôpital la met en relation avec l'esprit d'un jeune homme qui a perdu la vie à l'instant même où la sienne était sauvée. Celle qui jusqu'à présent jouait à la voyante en se grimant et se maquillant en un archétype de la gitane à la peau et aux cheveux sombres découvre qu'elle a le don de communiquer avec l'au-delà. Cette révélation, aussi perturbante qu'elle soit, va lui permettre de quitter l'espace exigu de sa caravane pour découvrir l'ampleur du monde de la voyance, et, peut-être, trouver un peu de bonheur dans son existence difficile.
Cette fois on aborde le monde de la fête foraine par son côté sombre : celui des familles toutes puissantes, imposant leur mode de vie de génération en génération, sans aucune possibilité d'avoir un autre avenir que celui de rompre avec ses proches. L'univers dans lequel évolue Luna est très violent, mais la rencontre avec la magie nous laisse envisager une issue heureuse aux épreuves terribles qu'elle doit surmonter. Malgré quelques maladresses, Aurélie Benattar nous fait apprécier cette jeune femme fragile à peine sortie de l'enfance et pourtant déjà éprouvée durement par le monde brutal des forains. Ce polar sur fond de voyance offre une lecture parfois difficilement soutenable mais prenante, à conseiller à partir de 15 ans.

Pour aller plus loin : 
Découvrez la fine fleur des compagnies les plus créatives et innovantes du monde du cirque. On est loin des numéros traditionnels avec clowns augustes et tigre féroces, mais les sensations ne sont pas en reste. Découvrez les 25 numéros en compétition portés par des artistes du monde entier : le fascinant danseur DanyZOo (sur l'affiche), les facéties des quatre athlètes burlesques du Cirque la Compagnie ou le numéro de jonglage "inversé et perturbé de Rémi Lasvenes
38è Festival Mondial du Cirque de Demain, du 26 au 29 janvier au Cirque Phénix (Paris 12). Renseignements et billetterie en ligne. 

mercredi 18 janvier 2017

Petites et grandes questions

Pas toujours facile d'aborder les émotions quand on ne sait pas encore bien s'exprimer. Voici une sélection de livres jeunesse propres à développer le langage des petits, partager et libérer leurs sentiments et leur imagination.

Constance Verluca, Julien Hirsinger et Jeanne Boyer, Le Petit Questionneur, l'école des loisirs dans la collection Loulou et Cie, 2016.

"Quel est le métier tu ne veux pas faire plus tard ?" "Qu'est-ce qui te fait rire ?" "Tu préfères Noël ou ton anniversaire ?" "Qu'est-ce qui te fait le plus peur ?" 
En quelques questions finement illustrées par Jeanne Boyer, Julien Hirsinger et Constance Verluca délient les langues des petits. On part de questions en apparence anodine et de dessins presques naïfs, proches de ceux que les enfants eux-mêmes peuvent faire.


Peu à peu les barrières tombent entre le grand et le petit. Aux questions de ce drôle d'album, il n'y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Il y a simplement  un moment d'échange, une discussion entre l'adulte et l'enfant où il ne se joue pas de rapport d'autorité. L'adulte pose les questions puisqu'ils les lit, mais il est lui aussi amené à répondre et livrer un peu de ses désirs ou de ses peurs. 

Shinsuke Yoshitake, traduit du japonais par Elisabeth Duval, C'est peut-être une pomme, Kaléidoscope, 2016.

Cette pomme, là, posée sur la table, êtes-vous certain qu'il s'agit bien d'une pomme ? Peut-être est-ce une orange déguisée en pomme ? Peut-être est-ce une petite planète peuplée d'extraterrestres à tête de pomme ? Peut-être que cette pomme éprouve des sentiments ? Ou aurait souhaité être une poire ? 
Dans une digression délirante et à mourir de rire, Shinsuke Yoshitake nous embarque dans les questionnements d'un petit garçon... face à une pomme. 


Ce banal fruit, qui a tout de même révélé la gravité à l'humanité, donne l'occasion à un exercice d'imagination débridée. Pas sûr que les enfants saisissent toutes les références et l'humour parfois absurde de ces 50 nuances d'une pomme, mais ils seront sensibles à l'ouverture d'esprit de cet album hors norme. S'il est possible d'inventer une quarantaine de pages d'aventures passionnantes à partir d'une simple pomme, on peut raconter ce qu'on veut ! 
Un album jubilatoire qui décomplexe l'imagination... et qui changera à jamais votre regard sur les pommes ! A partir de 5 ans. 


Le singe mange tout le régime de banane sans se soucier de demain. La girafe feint de ne pas remarquer le chaton en difficulté sur un arbre. La souris se venge de toutes les misères que lui a fait subir le chat... Mais ce qui nous rend heureux est-il ce qu'on vit seul dans son coin ? 
En quelques questions mises en scène dans des situations proches du quotidien d'un enfant à partir de 3 ans, ce grand album à rabats ouvre la discussion sur la différence entre le plaisir immédiat et égoïste et le bonheur. Partager est frustrant, mais gratifiant. Aider peut être pesant, mais peut aussi procurer une joie intense. A chaque question, nulle réponse n'est donnée, et il convient de ne pas moraliser l'enfant sur ce qu'il préfère, mais au contraire comprendre qu'elles sont ses attentes de la vie. Par exemple, certains préfèrent se sentir protéger que de découvrir le monde, ou aiment s'imaginer autres que ce qu'ils sont... pourquoi les juger quand on peut simplement leur rappeler qu'ils sont aimés tels qu'ils sont. 
Un beau livre aux illustrations plaisantes qui permet d'ébaucher une définition du bonheur avec les petits. 

Pour aller plus loin :