jeudi 6 juin 2013

Sélection : petites histoires musicales

Après l'agenda du mois de juin dédié à la musique, voici quelques livres sur le même thème à découvrir à tout âge.
Mon petit livre musical, Fiona Watts, Editions Usborne
Je l'avoue, je ne suis pas à l'origine de cette jolie découverte, j'ai acheté ce livre après avoir lu la critique très enthousiaste de La Mite Orange, blogueuse toulousaine que l'on ne présente plus, et j'ai bien fait de suivre ses conseils. Le livre de Fiona Watts est non seulement très bien illustré, mais il est aussi d'une très bonne qualité sonore. L'histoire, somme toute assez simple (les animaux s'entraînent en vue d'un grand concert dans la forêt), amène astucieusement l'enfant à participer : on nous présente chacun des animaux avec son instrument, illustré par un petit air, avant le concert, c'est la répétition générale, l'enfant peut à son tour appuyer sur les touches qui correspondent à l'animal et son instrument. L'air n'est pas niais, les extraits ne sont pas trop longs ni criards à l'image des dessins... à découvrir au calme, dès la naissance.

Les voisins musiciens, Junko Shibuya, Autrement
Pas une parole pour troubler la jolie musique qui lie les deux voisins croqués par l'illustratrice japonaise Junko Shibuya. C'est par l'intermédiaire de leurs instruments que les deux protagonistes se rencontrent : fâché par le déménagement de ses voisins, le petit garçon décide d'ennuyer les nouveaux locataires avec les sons tortueux de son violon. A sa grande surprise, sa nouvelle petite voisine lui répond avec le chant gracieux de son piano. Cette amitié musicale est à l'origine d'un poétique concert de couleurs et sentiments. Ce livre est une bonne introduction pour évoquer les tonalités musicales : comme l'auteur, demandez à vos enfants de choisir les couleurs qui correspondent au mieux, selon eux, aux différents instrument ou mélodies.

Le violoniste  est un livre dont la qualité du dessin laisse parfois croire qu'il s'anime sous nos yeux et nous fait entendre le grincement du violon. La créatrice d'Ernest et Célestine Gabrielle Vincent raconte l'histoire d'un professeur de violon qui porte sur lui la honte de ne pas être devenu le fils prodige que son père désirait. Ce "râté heureux", comme il se définit réussi tout de même une oeuvre humaine magnifique en initiant un jeune élève à l'art de manier l'archer. L'album se découvre avec plaisir à partir de 5 ans, les sujets évoqués étant assez subtils, tout comme le dessin qui traduit parfaitement le travail du musicien pour trouver l'harmonie, musicale comme personnelle. Le dessin de Gabrielle Vincent au fusain laisse une trace indélébile qu'on se plaît à redécouvrir des années après avec une émotion décuplée.

On saute une génération avec ce roman pour adolescent de Bernard Friot, l'auteur prolifique et reconnu des Histoires pressées. Le livre fait se rencontrer les troubles de l'adolescence et de l'amour naissant avec le monde exigeant de l'opéra. Martin, 17 ans, vit à Vienne avec son frère et son père, musicien et professeur de chant renommé. Ce dernier entraîne une jeune chanteuse, Julia, dont Martin ne tarde pas à tomber amoureux. Mais il peine à attirer l'attention de la cantatrice, toute à son cours prodigué par le grand professeur. L'écriture de Bernard Friot, à mon sens, est musicale en elle-même : tout se fait en non-dits, en silence et en variations autour des sentiments. L'histoire est assez simple mais traite l'adolescence sans simplisme : période de passions, d'attente et de pression, elle se marie à perfection avec l'opéra.


Inspirée de l'histoire vraie de la pianiste Joyce Hatto, La double vie d'Anna Song nous est racontée par son mari et producteur Paul Desroches. Avant de devenir son époux, il était le petit garçon fou amoureux de  cette petite voisine vietnamienne, prodige du piano, promise à un grand avenir de concertiste. La vie d'Anna est une véritable success story, elle a enregistré des centaines de disques qui sont considérés comme des chefs d'oeuvres d'interprétations d'un répertoire immense... trop immense. Tout ce succès se révèle être une imposture, celle qui était considérée comme "la meilleure pianiste du monde" par les critiques ne serait le résultat que d'un habile plagiat, un montage de différents morceaux sur ordinateur. Le livre tient en haleine dès les premières pages, mêlant un mystère proche du thriller à la romance entre les deux enfants qui se retrouvent à l'âge adulte et font leur vie ensemble. Le récit est émaillé d'articles de presse qui entretiennent le doute chez le lecteur sur la véracité de l'histoire. Il s'agit d'une très bonne lecture à partir de 13-14 ans : en plus de documenter la rigueur de l'entraînement des pianistes professionnels, le livre apprend à prendre du recul par rapport aux histoires qui nous sont racontées. Jusqu'au bout, nous sommes touchés par la grâce d'Anna, nous avons envie de croire plus que tout en elle et en son talent, nous sommes embarqués dans la même spirale que les journalistes qui se sont laissé prendre par la légende de Joyce Hatto.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire