jeudi 13 juin 2013

Sélection : quand le jazz est là

Après avoir découvert l'univers de Boris Vian, il est tout naturel de poursuivre la découverte de la musique avec le jazz. Ce genre de musique né au début du XXème siècle comprend de multiples formes et se nourrit de diverses influences. Trop compliqué à comprendre pour un enfant ? Trop risqué de faire entendre syncopes et dysharmonies aux bébés ? Rien n'est moins sûr. 


Incontournable dans le domaine de l'édition musicale destinée à la jeunesse, Didier Jeunesse propose toujours des livres-cd d'une grande qualité. Dans Les plus belles berceuses jazz, on retrouve le même souci du détail : une sélection de 15 œuvres intemporelles, des illustrations d'une grande finesse par Ilya Green et une mise en contexte intelligente (chaque chanson est traduite et resituée dans son époque). Et qui dit "musique pour bébé" ne signifie pas "artistes au rabais". Les plus grands noms du jazz sont conviés pour bercer vos petits : Ella Fitzgerald, Nat King Cole, Billie Holiday et bien d'autres sont regroupés dans un album qui ravira aussi les oreilles des parents. Le livre-cd est un très bon point d'entrée dans l'univers du jazz : composé de mélodies douces comme les standards My Funny Valentine ou Summertime, il introduit en douceur un les fondamentaux de cette musique. On identifie facilement le thème, les instruments traditionnels du jazz (cuivres, piano, contrebasse...) et aussi les moments d'improvisation si typiques. Pour les plus grands, Didier Jeunesse le roman CD Swing Café illustré par Rébecca Dautremer qui raconte les aventures d'une jeune chanteuse, Zazou, dans New-York, berceau du jazz.


Quoi de mieux qu'un petit Disney en famille pour apprécier les vertus du jazz ? Les chatons des Aristochats seraient de mon avis : grâce au matou saxophoniste Toma O'Malley, ils découvrent que la musique est bien plus que leurs austères leçons de musique classique ! On continue avec une belle leçon d'improvisation du Roi Louis dans Le livre de la jungle et on découvre qu'un autre roi nommé Louis, mais Armstrong, cette fois, a enregistré un album entier d'interprétation des tubes de Disney. Pour ceux qui aimeraient en savoir plus sur le jazz dans les films de Disney, visitez le site de Kobolt qui livre un article très détaillé sur le sujet, avec d'agréables moments d'écoute en prime.

Jonathan London, Woodleigh Hubbard (ill.), Chat Saxo, Abbeville-La colonie des griffons, 1995
Les félins sont encore à l'honneur dans l'album Chat Saxo, de Jonathan London. Leur caractère solitaire correspond bien à la carrière du musicien. Boudibou Bob doit accomplir un long chemin avant de devenir un "chat saxo" professionnel. Il va voir du pays, seul avec son instrument, pour devenir de plus en plus doué et se faire accepter par les autres musicien. Les illustrations de Woodleigh Hubbard servent ce voyage initiatique en reprenant les rythmes d'un morceau de jazz, qui peut être langoureux comme très rythmé. Les pérégrinations de Boudibou Bob permettent aussi de mesurer à quel point le jazz se nourrit d'influences diverses et planétaires. Un très joli livre, malheureusement difficile à trouver dans le commerce, à emprunter en bibliothèque à partir de 6 ans.

Eric Lasserre et Elodie Houyelle, Dizzy Mood, éditions du Rouergue, 2001 
L'histoire du jazz est marquée par ses fortes personnalités et par la difficulté de la vie des artistes. La pratique de l'instrument est, dans ce style de musique, quasiment "organique", il est la continuité de l'esprit de l'artiste et de son corps qui s'expriment pleinement lors de l'improvisation.  Les aventures de Dizzy Boy racontées par Elodie Houyelle et Eric Lasserre, reprennent avec tendresse ce thème de l'artiste et son instrument : le héros joue de la trompette... avec son nez ! Mais un jour, il tombe malade et ne retrouve plus ses notes. Dizzy rappelle le trompettiste roi du bebop Dizzy Gillepsie par son prénom, mais son histoire peut aussi être comparée à celle de Chet Baker, qui a du totalement réapprendre à jouer de la trompette après avoir eu les dents cassées. La maquette de l'album et le récit plein d'humour fleure bon les grandes années du jazz, celles des big bands légendaires qui enflammaient Saint-Germain-des-Prés. Conseillé à partir de 6 ans, l'album introduit les enfants au monde de la musique par le biais efficace de l'identification avec Dizzy Boy et de la pratique musicale, à lire en écoutant le thème Dizzy Mood, dans la version de Charles Mingus.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire