mercredi 23 octobre 2013

Même pas peur... de la mort !

A l'occasion d'Halloween et de la Toussaint, j'ai choisi d'aborder un sujet difficile, qui pourtant n'est pas étranger au monde de l'enfance, celui de la mort. Que ce soit celle d'un proche ou d'un animal de compagnie,  elle affecte les plus jeunes que souvent on entoure de silence pour mieux les protéger. 

Les livres qui suivent ont été choisis parmi une littérature assez répandue sur le sujet pour leurs qualités graphiques et artistiques autant que pour la richesse de l'éclairage qu'ils apportent sur le deuil. Il ne s'agit pas de lectures "pansements", ces livres qu'on présente à un enfant confronté à la mort qui a besoin de réponses concrètes, mais plus une approche générale de ce sujet souvent tabou dans les familles. Il faut préserver nos enfants de la souffrance et de la violence, mais ne pas leur cacher que la mort, aussi douloureuse soit-elle, fait partie de la vie.

L'ours et le chat sauvage, Yumoto Kazumi et Komako Sakaï, L'école des loisirs, 2009
Cet album fait partie de ceux qui font plus que raconter une petite histoire, mais qui donnent à vivre une véritable expérience artistique. Les gravures de Komako Sakaï restituent parfaitement la délicatesse du récit de Yumoto Kazumi, alors que celui traite d'un sujet quasiment indicible, celui du deuil. Un matin, l'ours se réveille et trouve le corps inerte de son ami l'oiseau. Il sombre dans le chagrin : l'oiseau était si beau, son chant accompagnait si bien sa vie quotidienne. Il entreprend de faire un joli cercueil garni de fleurs pour abriter son ami et sort dans la forêt. Il y rencontre un chat sauvage qui le questionne sur cette petite boîte qu'il sert contre son coeur. S'en suit un processus de deuil d'une grande beauté. En partageant les souvenirs de son amitié passée, l'ours va peu à peu surmonter la terrible tristesse qui l'accable et faire ses adieux à l'oiseau. Les étapes de cette épreuve de deuil ne sont en rien simplifiées, ce qui fait que ce livre est d'un abord difficile pour les plus jeunes. Il est ordinairement conseillé aux enfants à partir de 4 ans, j'ajouterai la condition qu'ils soient habitués à écouter des contes ou des histoires assez denses.

Le canard, la mort et la tulipe, Erlbruch Wolf, La Joie de Lire, 2007
Une ambiance minimaliste pour cet album très stylisé de Erlbruch Wolf, l'auteur des très connues aventures de la petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête. Dans un dialogue très fin, un canard interroge la mort sur la raison qui la pousse à rôder près de lui. L'échange est très cordial, la mort apparaît comme une créature douce, un petit peu coquette, qui se déplace en tenant une tulipe noire. Loin d'une image violente et injuste, la mort apparaît comme naturelle et douce. Même si elle ne répond pas à toutes les questions du canard, elle ne fait naître aucune angoisse. Un livre d'une grande subtilité à découvrir - accompagné - à partir de 6 ans.

Et on mangera des réglisses..., Sylvia van Ommen Didier Jeunesse, 2004
Le trait quasiment épuré de l'artiste néerlandaise Sylvia van Ommen met en valeur la profondeur de l'amitié qui unit Joris le lapin et son ami Oscar, tous deux tourmentés par des questions qui ne sont pas moins profondes. Qu'adviendra-t-il d'eux après leur mort ? Se retrouveront-ils au ciel? Perdront-ils le plaisir à se balader ensemble en mangeant des réglisses ? Un très beau livre à recommander à des enfants lecteurs, déjà assez mûrs pour poursuivre ce petit débat philosophique entre eux ou avec un adulte. Il est appréciable de constater que le court texte, d'une grande poésie, ne cherche pas à étancher les angoisses en apportant des réponses toutes faites sur ce que sera la vies des deux amis après la mort, mais insiste subtilement sur le plus important : le plaisir qu'ils ressentent de leur vivant.

Au creux de la noisette, Muriel Mingau et Carmen Segovia, Milan Jeunesse, 2005
Adapté d'un conte écossais, cet album traduit parfaitement le sentiment d'injustice qu'un enfant peut ressentir face à la mort d'un proche. Contrairement aux autres livres de cette sélection, il s'agit bien d'un personnage humain qui est confronté à la mort, dans des circonstances quelque peu fantastique. En allant faire des courses pour sa mère malade, Paul croise la mort, ici dans sa représentation traditionnelle avec sa faux. Furieux, comprenant qu'elle vient pour s'emparer de sa mère bien-aimée, il l'attaque, la frappe et l'enferme au creux d'une coquille de noisette qu'il jette à la mer. Le danger est écarté. Mais pour peu de temps : si la mort disparaît, il n'est plus possible de tuer, de chasser ou même d'arracher un légume pour se nourrir. Finalement, la mort, dans toute son injustice et sa froideur, participe à l'équilibre de la vie. Ce conte est loin d'être moral et ne joue pas avec les sentiments du lecteur, même si on ne peut s'empêcher d'être content lorsque la faucheuse se fait donner une bonne leçon. Un livre qui peut être lu seul, la forme du conte aidant à comprendre le côté métaphorique et à évacuer les angoisses potentielles.

Nous sommes tous morts , JL Coudray et Lewis Trondheim, L'Association, 1995
Pour conclure avec une note un peu plus légère, je ne saurais que conseiller cet opus de la collection "Pattes de Mouche" chez L'Association. Un petit personnage est assailli par la peur de mourir, celle de souffrir, de perdre les gens qui lui sont proches. Par des répliques qui font toujours sourire, la mort dialogue avec lui jusqu'à nous faire nous rendre compte de l'évidence : finalement, la mort, c'est surtout une histoire de vivants. Une fois qu'on est mort, il n'y a pas grand chose à craindre. J'ai personnellement découvert l'humour philosophico-absurde de Lewis Trondheim lorsque j'avais 15 ans, avec l'excellente série Lapinot et la bande-dessinée quasiment conceptuelle mais très drôle Moins d'un quart de seconde pour vivre . A cet âge où les grandes questions sont légions, il n'est pas mauvais de se frotter avec un peu de dérision, et aussi de s'initier à l'art du bon mot.

  
  

3 commentaires:

  1. Que j'aime tes sélections toujours très fines <3<3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci beaucoup pour ces encouragements, cette sélection n'a pas été facile à réaliser, la plupart des livres est très intense. J'espère qu'elle aidera certaines familles.

      Supprimer
  2. Voici des outils téléchargeables qui peuvent également vous donner quelques pistes http://www.soinspalliatifs.be/outils-pedagogiques.html

    RépondreSupprimer