dimanche 9 février 2014

[Tu seras une femme, ma fille] Des héros jeunesse au féminin

Et s'il suffisait de faire un peu confiance aux filles pour que les mentalités évoluent ? Si on doute rarement qu'une fille s'identifiera aux aventures d'un héros masculin, certains auteurs et éditeurs restent persuadés que l'inverse n'est pas possible. Voici une sélection de livres jeunesse qui nous montrent que les grands héros peuvent très bien être de jeunes filles.

Hélène et son lion, Johnson Crockett, Tourbillon, 2004
Hélène est une petite fille a l'imagination débordante qui traîne son lion fatigué au travers de ses nombreuses aventures. Le livre de Johnson Crockett en dénombre douze qui mènent le duo de la chambre de la petite fille à des contrées lointaines ou des situations périlleuses. Qui a dit que les filles n'avaient pas l'esprit d'aventure ? C'est le cas d'Hélène qui n'a peur de rien, ou presque, contrairement à son pantouflard de lion qui n'a de cesse de la ramener à la réalité. Edité aux Etats-Unis en 1959, cet album est un exemple de l'imagination foisonnante des enfants pour qui, dans le secret de leur chambre, rien n'est impossible. Etrange que cette fureur de vivre s'estompe à l'âge adulte... A conseiller aux jeunes lecteurs à partir de 7 ans ou à lire ensemble à partir de 5 ans, l'illustration très tendre rend cette histoire assez accessible. 

Strongboy : Le tee-shirt de pouvoir, Ilya Green, Didier Jeunesse, 2007
Olga a un fort caractère, pour ne pas dire un fort MAUVAIS caractère. Lorsqu'elle revêt son "T-shirt de pouvoir", elle s'imagine en droit de donner des ordres à tous ses camarades. Malheureusement, elle commet l'erreur irréparrable de dévoiler l'origine de cet habit qui lui confère ce pouvoir et voit ses anciens valets eux-mêmes en position de donner des ordres. Mais dans ce cas, tout le monde peut commander tout le monde, et surtout plus personne n'écoute. Héroïne de plusieurs albums d'Ilya Green, Olga reçoit, comme le lecteur, une bonne leçon de philosophie sur le désir parfois sans limite qu'ont les enfants de s'affirmer. Les fidèles des livres-cd de Didier Jeunesse reconnaîtront la précision des illustrations d'Ilya Green et les visages poupins dont elle peuple ses travaux. On apprécie la vision sans fard de l'enfance, et l'image de la petite fille libre, quasiment sauvage, qui émane d'Olga. A partir de 6 ans.

Courage, Zuza !, Anaïs Vaugelade, L'école des loisirs, 2004
Zuza (prononcez "zouza") n'est pas non plus une petite fille modèle. L'héroïne de la série publiée à L'école des Loisirs a en effet un certain problème avec l'autorité. Par exemple celle de sa maîtresse d'école, qui ne cesse de lui parler alors qu'elle est en train de penser ! Par son humeur irascible, Zuza donne corps aux frustrations de la petite enfance, cette période où on est encore trop petit pour vivre sa propre vie et trop grand pour "ne pas être raisonnable", notamment vis-à-vis d'une petite sœur bien encombrante. A partir de 4 ans, plus jeune pour les titres de la série précédente.

Mesdemoiselles de la vengeance , Florence Thinard, Gallimard Jeunesse, 2009 (2011 en Folio)
Le roman d'aventures est-il un genre réservé aux jeunes hommes en mal d'esprit de chevalerie ? Non ! répondent les épouses du Comodore, pirate qui ne cesse de terroriser les jeunes femmes qu'il fait siennes comme s'il s'agissait de bétail. La vengeance de cette armée de femme, sans tomber dans le brûlot féministe, joue avec délice sur les codes du bon vieux roman de cape et d'épée dont les femmes n'ont pas le rôle le plus courageux. Avec beaucoup d'humour, Florence Thinard conduit les lecteurs à partir de 9 ans à interroger les poncifs du genre et à prendre conscience des ficelles de la littérature.

Retrouvez la thématique "Tu seras une femme, ma fille" jusqu'au 8 mars, Journée Mondiale de la Femme.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire