mardi 3 juin 2014

Friday Night Lights - les dessous du rêve américain

Allergiques à la sueur, aux commentaires chauvins et aux cornes de brumes, accrochez-vous... les prochaines semaines se feront sous le signe du sport, et nous risquons d'en entendre parler encore plus que d'habitude. Va y avoir du sport, et sur ce blog aussi !

Et si le sport était aussi synonyme de culture ? Après tout, pourquoi lutter ? Nos jeunes enfants adorent les compétitions sportives, se passionnent pour les listes interminables de résultats et les carrières des grands athlètes... pourquoi ne pas surfer sur cette tendance naturelle pour leur donner l'occasion de s'ouvrir au monde ? Commençons "facile" en proposant une série télévisée de qualité , Friday Night Lights, à nos ados sur le monde du football américain, mais surtout sur les affres de la vie des jeunes gens en quête d'avenir et de rêve dans une petite ville du Texas.


Sur le papier, le pitch de Friday Night Lights ne laisse pas présager une réflexion intellectuelle de haute volée. Avec cette série de la NBC débutée en 2006, on est à deux doigts de la série "lockers", pour reprendre le surnom des séries américaines destinées aux adolescents dans lesquelles les jeunes héros passent beaucoup de temps... devant leurs casiers (les "lockers"), cet élément de décor typiquement US. Le reste des ingrédients est présent pour nous faire penser à une mièvrerie sans profondeur : des acteurs tout droit sortis du moule des grosses productions (beaux gosses, compatibles avec les quotas ethniques, dotés de dents blanches en toute circonstance), des histoires de cœur tarabiscotées, une réalisation ultra stylisée dans la lignée des Experts, autre fleuron de NBC... Mais en fait, non.

Le parti pris par Peter Berg, créateur de la série adaptée d'un long métrage du même nom réalisé en 2004, est de raconter l'histoire de l'équipe de football américain de Dillon, petite ville du Texas, les Panthers, selon le point de vue de son coach fraîchement nommé. Les enjeux sont énormes : bien que les membres de l'équipe soient encore  des lycéens, la ville entière se fédère chaque vendredi soir autour du match qu'ils disputent contre les équipes de la région. A la clef, une place en finale pour l'équipe, une notoriété pour les entreprises de cette ville pétrolière sur le déclin, et un avenir pour des gosses en quête d'une place dans les équipes universitaires... et de la bourse qui lui est assortie.

Pas besoin de chercher bien loin : la série traite du rêve américain. Celui qui est permis à n'importe quel citoyen de ce beau pays si tant est qu'il s'en donne les moyens, et quel meilleur endroit qu'un terrain de sport pour démontrer sa valeur personnelle ? Obsédés par la réussite, même si ce n'est que celle de leur équipe de football, les personnages de la série se débattent pour s'en sortir, se raccrochant à la devise des Panthers "Clear Eyes, Full Heart, Can't Loose".

Les adolescents seront attirés par le rythme soutenu de la série, découpée en une vingtaine d'épisodes ciselés dans les règles, alternant phases de jeu endiablés, cliff-hangers déchirants et instants mélodramatiques tire-larmes au possible. Ils y trouveront en toile de fond une véritable réflexion sur la réussite en tant qu'individu, qu'équipe, de ville ou de nation, à un âge où tout est possible mais semble hors de portée. Par l'intermédiaire du sport, Friday Night Lights nous passionne pour le destin des membres de l'équipe, sans aucun manichéisme : chacun doit essayer s'en sortir, et la fin justifie souvent les moyens dans ce Texas en pleine crise économique et sociale.

L'éclairage social est étonnamment bien représenté par l'exemple du football américain, méconnu sur le Vieux Continent, mais sport national, aux enjeux financiers colossaux aux Etats-Unis. Dès le premier épisode, les dés sont jetés : le populaire quaterback de l'équipe se fait briser la colonne vertébrale lors d'un plaquage. Brisés également ses espoirs de devenir joueur professionnel, de faire des études et accessoirement de remarcher. En dépit de quelques moments de doute, ce personnage ne se départira pas de cette foi qui semble animer chacun des membres de la communauté de Dillon.


Loin de représenter un exemple pour notre jeunesse, cette série lui pose un bon nombre de questions, sur le sport mais aussi sur les valeurs de la société. Il faut se battre pour réussir, mais jusqu'à quel point ?

Friday Night Lights est diffusée sur Jimmy depuis Février 2014 et est disponible en DVD .

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire