vendredi 26 septembre 2014

Maternité : la fin des préjugés ?

Une enquête menée par le laboratoire Gallia et Ipsos Santé démontre que les idées reçues sur la maternité tendent à s'estomper. De bonnes perspectives pour le bien-être des mères, et celui de leurs bébés. 

Pour 9 femmes sur 10, être mère, ça s'apprend. N'en déplaise aux moralisateurs qui pensent que l''instinct maternel" est présent en chaque femme et n'attend que la grossesse pour s'épanouir, les femmes d'aujourd'hui ont conscience que leur attachement envers leur enfant se construit petit à petit. Seules 23% d'entre elles* se sont senties "mères" dès leur grossesse, et 29% à la naissance. La rencontre est donc un chemin long, mais pas forcément tortueux puisque 83% des femmes interrogées ont confiance dans leurs capacités à assumer leur rôle de maman. 

En cas de difficultés ou au quotidien, le conjoint est l'allié principal pour les jeunes mamans. Le stéréotype du papa pataud dont le rôle se résume à faire les courses de temps en temps semble bien révolu. Plus qu'un soutien, il prend sa place de parent à part entière, puisque pour 87% des femmes interrogées leur conjoint peut "materner" comme elles. Françoise Molénat, pédopsychiatre ayant collaboré à l'étude explique ces changements: "d’abord l’évolution sociologique a été majeure, la contraception a joué un rôle radical dans le fait que l’enfant est devenu un projet de couple auquel les pères participent pleinement. Par ailleurs, les femmes travaillant davantage, et la structure familiale au sens large étant moins présente que par le passé, les pères sont mécaniquement plus impliqués, très tôt, et ils cherchent à être reconnus dans ce rôle."

Une attitude tenace subsiste néanmoins : les mères ont tendance à s'oublier à l'arrivée de l'enfant. Les futures et jeunes mamans rechignent à parler de leur vie personnelle quelque soit leur interlocuteur (pour 83% des femmes interrogées) et préfère aborder des sujets qui concerne l'alimentation ou le développement de leur enfant. Pour Danièle Capgras-Barberon, sage-femme, "traditionnellement, une femme est censée être heureuse à ce moment-là. Si on ne l’autorise pas à parler d’elle, elle ne le fera pas, intégrant le fait qu’elle est censée parler du bébé. Il existe encore aujourd’hui une pression sociétale qui veut que tout soit tourné vers l’enfant." Encore du travail pour faire évoluer les mentalités !

*Enquête du devenir maman réalisée par Ipsos Santé pour le Laboratoire Gallia auprès de 811 femmes, dont 506 mères ayant un enfant de moins de 12 mois, et 305 femmes enceintes, 16 au 30 juin 2014.

1 commentaire:

  1. Ho que oui être maman ça s'apprend ! Je n'ai pas l'impression d'avoir l'instinct maternel mais de tâtonner en permanence

    RépondreSupprimer