jeudi 4 septembre 2014

[Une rentrée sans préjugés] Cette année, j'aime les maths !

Ah les maths ! A moins qu'on ne soit tombé dedans dès le plus jeune âge et qu'on en ait tiré une belle bosse, pas évident de les retrouver avec impatience dès la rentrée. Enfants comme parents redoutent les terribles soirées où, penchés sur le cahier de brouillon, ils butent et bûchent tous ensemble sur un problème tiré par les cheveux... Même le plus haut niveau de l'Etat est obsédé par les résultats soit-disant médiocres de nos bambins dans cette matière. Et si, cette année, on dédramatisait et on voyait les maths du bon côté ? Disons... de leur côté littéraire ? Sélection de livres jeunesse pour apprendre à aimer les maths.

Qui croirait que 10 p'tits pingouins complètement surexcités nous offriraient la clef des maths ? Et avec le sourire, qui plus est ! Tout commence sur une banquise, 10 p'tits pingouins jouent, font les fous quand hop ! un d'entre eux tombe à l'eau... il n'en reste plus que... 9. Les pingouins vont se surpasser en bêtises qui seront tour à tour fatales à l'un d'entre eux, et introduisent au passage, entre une course de bobsleigh et une bataille de boule de neige, la notion de soustraction. Le livre animé haut en couleur est d'un humour ravageur qui a fait des petits.
Pour ne rien gâcher, les éditions Hélium ont fait plancher le
duo formé par Jean-Luc Fromental et Joëlle Jolivet sur des suites aux aventures de leurs drôles de volatiles. Ces 10 joyeux drilles envahiront même votre cuisine avec 10 p'tits pingouins sur le frigo. Les pingouins, mais les poissons, l'orque, la motoneige et une multitude de chiffres se sont échappés du livre pour devenir des magnets qui s'additionnent et se soustraient au fil des problèmes de mathématiques complètement foutraques.
Pour ceux qui voudraient continuer à apprendre en compagnie de cette attachante équipe d'oiseaux, les aventures ne se sont pas limitées au cercle polaire puisque on peut désormais retrouver les 10 p'tits pingouins autour du monde. Un nouveau chapitre délirant qui a été astucieusement "mis en problèmes" par une institutrice pour sa classe de CP pour introduire la manipulation des chiffres... Plus aucune raison de ne pas savoir compter, au moins jusqu'à 10.

Retrouvez les ouvrages de Jean-Luc Fromental et Joëlle Jolivet aux éditions Hélium : 10 p'tits pingouins (2010), 10 p'tits pingouins sur le frigo (2010), 10 p'tits pingouins autour du monde (2011), 365 Pingouins (2006)...

Et si les chiffres et les signes étaient un art ? Le travail d'Anne Bertier autour des mathématiques met en évidence le caractère physique des signes mathématiques. Dans son livre J'additionne, on voit ainsi comment en 12 séquences, le signe "plus" permet d'ajouter, de développer, de combler. Le miroir de ce livre, Je soustrais, permet de comprendre visuellement le principe arithmétique contraire. Le côté abstrait de ce travail peut paraître déroutant à l'adulte, mais le jeune enfant à partir de 5 ans comprendra de façon intuitive ce dont il est question. Dans son ouvrage Chiffres en tête, tout aussi graphique, Anne Bertier joue avec les chiffres pour fabriquer des visages. Tout bête, le procédé permet de sensibiliser à l'existence de ces drôles de signes
de zéro à neuf très tôt dans l'enfance. Les enfants sont amenés à les rechercher dans le visage et à apprendre à les reconnaître, comme dans son autre ouvrage Chiffres cache-cache. Chère à son idée que l'apprentissage doit se situer dans le domaine du jeu, Anne Bertier nous donne de bonnes pistes pour trouver des techniques alternatives pour appréhender cette matière d'ordinaire bien sérieuse.

Retrouvez les ouvrages d'Anne Bertier aux éditions Memo : J'additionne (2013), Je soustrais (2013), Chiffres en tête (2006), Chiffres cache-cache (2008)... à partir de 5 ans.

Les mathématiques ont souvent inspiré la fibre littéraire des romanciers pour la jeunesse. Qu'on ait ou non la bosse des maths, elles sont toujours l'objet de bien des mystères.
C'est le cas dans le roman à énigmes L'affaire Olympia de Mickaël Launay (Le Pommier, 2013) qui mène les lecteurs dans une sorte de chasse aux trésors lancée par un mathématicien disparu pour ses héritiers en truffant son testament d'énigmes mathématiques. Un vrai plaisir à lire... et à compter !
Pour dédramatiser cette matière, Rachel Corenblit et Cécile
Bonbon ont imaginé un cahier haut en couleur qui raconte l'amour contrarié entre Léna, une "nulle" en maths et Yvon qui lui excelle dans le maniement des chiffres. Léna aura en plus de ses problèmes d'arithmétique à déchiffrer les signes tout aussi complexe des sentiments naissants. Maths à la petite semaine (Rouergue, 2013) est un livre très drôle et dynamique, illustré comme un journal intime de toutes les couleurs, qui plaira aux lecteurs en préadolescence, entre 8 et 11 ans.
D'autres aiment compter, ils comptent tout, c'est d'ailleurs ce qui les rassure dans leur quotidien. C'est le cas de Valentin dont l'esprit ne cesse de turbiner. Dans sa vie où tout est réglé, calculé, le moindre petit événement imprévu le plonge dans un océan de questions et de conjectures. Anne Vantal transporte son lecteur dans un esprit purement mathématique et rapproche d'une façon inattendu les chiffres des sentiments. Sauf que (Actes Sud Junior, 2014) est un très texte très sensible à découvrir à partir de 8 ans.

Bonne lecture et bonne rentrée !

1 commentaire: