lundi 23 mars 2015

Obéir ? Pour quoi faire ?

Pas toujours évident pour les enfants de comprendre les vertus de l'obéissance ! Et difficile de toujours répondre "c'est comme ça, et pas autrement !". Ces quelques histoires éclairent les vertus de l'obéissance sans faire peur, en laissant l'enfant réfléchir aux conséquences de leurs actes. 

Eva Eriksson et Barbro Lindgren, La maman et le bébé terrible, Mijade, 1999.

Pauvre maman... elle subit les caprices de son terrible bébé qui ne recule devant aucune bêtise pour la rendre chèvre. 
Ce grand classique parlera avant tout... aux parents. Il y a des moment où on croirait que nos enfants essaient de tester tout ce qui nous fera enrager. Que dire de la prévenance exemplaire de cette maman qui doit subir les caprices de son petit tyran domestique ? Son calme olympien ne manquera pas d'interpeller les lecteurs à partir de 2 ans. Un album indémodable pour parler des bêtises avec compréhension... et rigoler des facéties de ce drôle de bébé. 

Michel Van Zeveren, C'est pas grave, L'école des loisirs, Pastel, 2010/

Petit Lapin renverse un verre de lait. Tétanisé à l'idée de se faire disputer, il se met à pleurer à chaudes larmes. Grand Lapin le rassure : "C'est pas grave !". La phrase ne fait qu'un tour dans la tête du petit. A partir de ce jour, plus rien n'est grave, il enchaîne les bêtises, se transforme en vrai polisson jusqu'au jour où il commet l'affront de trop et où il se retrouve puni par Grand Lapin, qui le met à la porte du terrier. Mais dehors, les actes ont leurs conséquences, ce n'est pas comme dans le doux giron de Papa !
Sans être moraliste, ce livre aide l'enfant à appréhender les dangers du monde, sans pour autant être traumatisé à l'idée de sortir de la maison. Loin de l'idée de prôner l'obéissance bête et méchante, mais au contraire de donner les clefs au petit à partir de 3 ans pour qu'il se fasse sa place dans le monde : ses bêtises ont une importance, il n'est pas exempte de punition justement parce qu'il est lié aux autres. Ses parents sont bienveillants et protecteurs, mais il faut apprendre à les respecter pour ensuite se confronter à la société.

Elzbieta, Es-tu folle Cornefolle ?, L'école des loisirs, Pastel, 1991.

Mais qu'est-ce qu'elle a cette vache ? Cornefolle ne cesse de poursuivre Miss Patata au travers du jardin en renversant tout sur son passage. Tout ce qu'elle veut, au fond, c'est lui montrer son affection, mais avec une grande maladresse. Le pire ? C'est qu'elle n'en fait qu'à sa tête ! Elle n'écoute rien de ce que Miss Patata lui demande et ne fait que désobéir joyeusement.
Dès 3 ans, le petit lecteur réagit à l'attitude débridée de Cornefolle. Elle n'est vraiment pas sage ! Elle détruit tout sur son passage ! Mais n'est-elle pas attendrissante et bonhomme ? Cet album propose un joli miroir de la relation parent-enfant. Elzbieta le confiait dans L'enfance de l'art (Rouergue, 1997) : "cette vache rouge extrêmement affectueuse face à une Miss Patata minuscule mais effrayante, c'est moi aux prises avec le refus de reconnaissance de ma mère". Et si, derrière chaque enfant turbulent, on se mettait à chercher le tout-petit qui cherche à attirer l'attention de son parent ?

Pour aller plus loin : 
Une sélections de livres pour enfants en colère.
Des petits héros au caractère bien trempé.
Des petits filles pas vraiment modèles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire