mercredi 29 avril 2015

Contes de fées : pourquoi est-ce si mal vu de manger ?

Sorcières voraces, ogres sanguinaires, loup affamés... les gourmands sont plutôt mal vus dans les contes pour enfant ! La symbolique est forte : manger, c'est prendre le pouvoir sur quelqu'un, répondre à un appétit démesuré, à une pulsion quasi-sexuelle (doit-on revenir sur le sens à peine caché des aventures du Petit Chaperon Rouge qui s'enfonce dans la forêt pour y rencontrer le loup ?)

La nourriture est donc le tabou absolu dans les milieux sociaux des héros des contes de fées. Les petits héros se nourrissent de pain rassis, et sont lourdement punis s'ils prétendent à des mets plus consistant, à l'instar d'Hansel et Gretel. 

Pour essayer de décomplexer le rapport à la nourriture de nos enfants du XXIème siècle, n'hésitons pas à nous moquer de cette disette forcée qui touche les contes pour enfants. Voici deux livres pleins de gourmandises et d'esprit qui aideront les enfants à conjurer le sort des mangeurs des contes de fées... et les autoriseront à s'en mettre plein la panse au passage ! 

Madeleine Deny et Claire Fauché, Des contes dans mon assiette, Tourbillon, 2013
Destiné aux plus jeunes, ce petit livret allie le plaisir des histoires à celui de la bonne bouffe. Une bonne façon de combattre les peurs du loup ou de l'ogre en devenant soi-même un dévoreur en puissance !

Seymourina Cruse et Marie Caudry, Le pain perdu du Petit Poucet et autres recettes de contes de fées, Thierry Magnier, 2014
14 contes et 14 recettes, et pas des moindres : réalisez vous-mêmes les alléchants bonbons de la maison de la sorcière d'Hansel et Gretel et le cake d'amour de Peau d'Ane ! Les illustrations sont à tomber et les explications claires comme de l'eau de roche. 

Pour aller plus loin : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire