dimanche 15 novembre 2015

Les loups

Depuis près d'un mois, notre fille aînée nous pose inlassablement la même question : "Est-ce qu'il y a des loups, à Paris". Tous les soirs, nous tâchons de la rassurer : les loups ne vivent pas en ville mais loin dans la montage ou la forêt, ils ne viendront pas lui mordre les doigts toutes les nuits à 4 heures du matin comme elle le croit.

Bien que cette peur du loup soit embêtante, surtout quand elle nous réveille en pleine nuit, nous nous étions fait une raison. Le loup n'est-il pas un personnage récurrent des contes pour enfants ? Une peur ancestrale censée canaliser toutes les autres ? Les enfants ont peur du loup parce qu'ils ne savent pas encore nommer toutes les angoisses  qui les assaillent dans leur vie de petites personnes en devenir. 

Hier soir, les loups ont frappé dans Paris. Ils ont réveillé des angoisses chez les enfants et leurs parents. Une peur insidieuse, irrationnelle, dévorante. 

Comme tous les soirs, notre fille nous a demandé s'il y avait des loups dans Paris. Nous avons un peu hésité avant de répondre, et nous nous sommes finalement accordé pour répondre que non, la barbarie n'existe pas en France, que nous la protégerons même si la forêt tend à dépasser les limites de la cité. 

Maintenant qu'elle dort à poings fermés, je  me dis que nous avons peut-être besoin de nos propres loups, ceux qui réveillent notre conscience d'adultes. Ceux qui nous exhortent à veiller sur les libertés de nos enfants, à nous battre pour leur mode de vie si précieux fait d'esprit critique et d'ouverture sur le monde.



#nopasaran #Parismappartient 

1 commentaire:

  1. Merci pour cet article impeccable. J'apprécie beaucoup vous lire. Continuez !

    RépondreSupprimer