jeudi 14 janvier 2016

Je peux pas, j'ai piano !

Après le succès de l'article "Je peux pas, j'ai poney", voici un focus sur une nouvelle activité : le piano ! Non, ce "meuble-instrument" n'est pas réservé aux petites filles modèles avec nattes et socquettes ou aux jeunes garçons de bonne famille.



Le piano est un instrument coûteux, qui ne se fait sa place dans tous les salons. Pour permettre aux petits de découvrir leurs premiers airs, ce petit piano miniature est accompagné d'un livret. 


Loin d'être un simple jouet, ce petit cahier est une véritable méthode pour visualiser le niveau des notes et commencer à exécuter ses premiers morceaux avec facilité. Les notes sont représentées par des pastilles de couleurs qui sont reproduites sur les touches du clavier électronique, nul besoin de savoir lire la musique pour s'improviser pianiste. Le livret et très bien conçu, il est joliment illustré par Rachel Green et les airs choisis sont très sympathiques, sans être nian-nian ou trop connus. Il est néanmoins dommage que le toucher du clavier soit aussi difficile, les enfants ont du coup tendance à utiliser un seul de leur doigt contrairement à ce qu'il ferait avec de véritables touches. 
Une façon ludique et sans pression pour aborder le piano et la musique à partir de 3 ans



Rémi doit passer un concours de piano au Conservatoire quand, gagné par le trac, il s'enfuie à toutes jambes. Il découvre dans sa course un château abandonné dans lequel il trouve refuge, mais d'étranges voix résonnent depuis l'étage. Il s'agit de celles des pianos abandonnés qui ont été entreposés dans ce château, ancien musée consacré à la musique. Tous ont connu un destin florissant, ils ont accompagné les plus grands compositeurs et contribué à leurs plus grands succès mais ils ont aujourd'hui perdu le goût de la musique. Lorsque Rémi déploie son répertoire classique sur leurs vieux claviers, ils se mettent à sonner faux et à grincer. Rémi va devoir créer de toutes pièces un morceau qui sortira les illustres instruments de leur nostalgie et leur rendra l'envie de faire éclater la musique. 
Avant même de rentrer dans l'histoire, on est séduit par ce très beau livre-cd. Il est grand, ses illustrations en noir et blanc à la mine de plomb sont élégamment rehaussées d'un liseré doré sur sa couverture... On a vraiment la sensation de se trouver en présence d'un objet précieux. Le timbre de voix chaud et familier de Pierre Arditi et la délicatesse des premières notes de la Gnossienne n.1 d'Erik Satie achèvent de nous emporter dans la quête de Rémi pour un nouveau son. La dimension fantastique est savoureuse et les personnages rencontrés sont à la fois hauts en couleur et crédibles. On imagine très bien l'araignée fileuse de portées ou le jardin aux clefs protégé par un piano fou. Cet univers est porté par un répertoire riche des plus grands titres du piano, passant de Chopin à Schumann, en passant par Mendelssohn et bien sûr Mozart... 
Ce conte musical est une véritable porte d'entrée sur l'univers piano classique. Ce livre-cd ambitieux musicalement ne manquera pas de flatter les oreilles des petits mélomanes à partir de 6 ans

L'activité : découvrez la méthode Kaddouch


Les parents qui aimeraient éveiller leurs enfants au piano dès leur plus jeune âge seront très certainement séduits par la méthode mise au point par Robert Kaddouch. Ce dernier considère la musique comme un langage que l'enfant crée autant qu'il s'approprie. Dès l'âge de 6 mois, ce dernier découvre les sonorités du piano, s'en amuse, improvise à sa façon. Progressivement, l'enfant va structurer son approche de l'instrument, et surtout relier les sons qu'il crée à ses émotions. La découverte de la musique se fait avant tout par le jeu et sur la confiance portée en l'enfant et en son envie d'apprendre.
Cette méthode est appliquée au sein de l'école Kaddouch dans le 16ème à Paris ou est synthétisée dans un certain nombre de publication qui sont toutes disponibles à l'achat sur ce site qui reprend les grands principes de cette méthode d'apprentissage alternatif. 

1 commentaire:

  1. Très intéressant! Je crois que le choix de l'instrument par l'enfant se fait assez tard, vers 7 ans je dirais.. mais avant une initiation est top, et cette méthode donne envie.
    Merci
    Marion

    RépondreSupprimer