lundi 15 février 2016

Qui a peur du grand méchant loup ? C'est plus nous !

S'il est un symbole qui a terrorisé des générations d'enfants, c'est bien le loup. Représentation littéraire récurrente depuis le célèbre conte de Perrault où il décide de croquer une petite fille habillée de rouge, le loup n'en est pas moins un animal bien réel longtemps considéré comme un nuisible sanguinaire. Pas étonnant qu'il soit une des première victime des contes revisités, ce genre littéraire qui a pris son essor à partir des années 1980 et qui est encore à l'origine de bien des publications plus ou moins heureuses. Voici quelques exemples de ces réécritures des contes traditionnels nous font relativiser cette figure du "méchant parfait" en jouant astucieusement avec les références culturelles.


S'il fallait dater ce changement de perception du grand carnassier dans les livres pour la jeunesse, on pourrait prendre comme point de départ la publication par l'école des loisirs des Contes à l'envers, et en particulier de l'histoire du "Petit Chaperon bleu marine". Ce dernier n'est autre que la petite-fille du Petit Chaperon rouge, devenu une vieille dame vivant à Paris. Ce Petit Chaperon moderne entend bien dépasser son aïeule en célébrité et décide de libérer le loup du Jardin des Plantes pour faire ses preuves. Mais ce dernier ne goûte point les mises en scène de Perrault ou de la fillette et prend le parti de s'enfuir des contrées bien plus sauvages que le Vème arrondissement de Paris.
Cette réécriture reprend les codes du contes de la fin du XVIIème siècle en le transposant dans le Paris de la fin des années 70 où les petites filles sont bien moins farouche que le Petit Chaperon rouge en son temps. La morale de ce nouveau conte est d'ailleurs un charmant clin d'oeil à celle de Perrault qui alertait les jeunes filles contre les séducteurs. Retranché auprès de ses semblables, le loup ne se lasse pas de raconter ses péripéties. "Il raconte l'histoire du Petit Chaperon rouge, ainsi que celle du Petit Chaperon bleu marine, et tous ses frères sont donc maintenant prévenus du danger qu'il y a a fréquenter les petites filles françaises : c'est pourquoi les enfants de chez nous ne rencontrent jamais de loups, et peuvent se promener dans les bois en toute quiétude. Sous réserve, il va de soi, de prendre garde aux hommes qui pourraient y rôder, car certains hommes sont plus dangereux que les loups."
Un des contes revisités et les plus notoires et les plus réussis, à apprécier à partir de 8 ans


Il était une fois un loup qui avait trop lu de contes pour enfants : il était tout à fait au fait des horreurs qui sont réservés aux affamés de son espèce ! La plupart du temps, leur gourmandise est punie sévèrement. Dans l'histoire du Petit Chaperon rouge des frères Grimm, il finit éventré. Dans la fable des Sept Chevreaux, itou. Quant aux Trois Petits Cochons, ils le font rôtir à la broche ! Quand on est un loup éclairé, il faut savoir rester prudent, quitte à se coucher affamé. 
Cet album est émaillé des extraits des textes originaux que le loup consulte méthodiquement à chaque fois qu'il croise une de ses potentielles victimes. Il y a donc deux niveaux d'histoire : celle de ce pauvre loup poltron, et des références aux textes célébrissimes de la littérature enfantine. Bien qu'un peu évident, ce procédé aide les enfants à comprendre que notre littérature moderne est essentiellement faite de références qui, mises toutes ensemble, forment une culture commune. Naturellement, et c'est le cas pour tous les contes revisités, il est bon de s'assurer que les enfants ont une bonne connaissance des contes cités avant d'entamer la lecture. 
A partir de 6 ans. 


Quand ils seront grands, les Trois Petits Cochons et le Petit Chaperon rouge... rêvent d'embêter le loup ! Pour ça ils deviendront policier, magicien, ou même pompier... Attention ! A trop vouloir s'en prendre au loup, ils pourraient provoquer leur destin ! Le loup, encore petit, en entendant ce que lui réservent ses compagnons, prend une grave décision : quand il sera grand, lui, il les mangera tous !
Le duo fétiche de l'école des loisirs formé par Jean Leroy et Matthieu Maudet fait encore une fois preuve d'une espièglerie savoureuse. L'enfant prend un malin plaisir à partager les projets des victimes traditionnelles du loup, et la conversation autour du bac à sable ressemble à s'y tromper à celles qu'on peut entendre dans les cours de récré. La chute provoque le sourire du lecteur adulte et un grand trouble chez l'enfant : elle remet en question sa vision du lien de causes à effets. Si le loup est méchant par vengeance, pourquoi a-t-on peur du loup instinctivement. 
Un livre cartonné qui convient aux plus petits mais dont on apprécie mieux l'humour en ayant pris connaissance des contes traditionnels à partir de 3 ans


La bibliothèque de Zoé est tellement encombrée qu'il arrive que certains livres tombent des étagères... et libèrent des personnages. C'est ce qui se produit pour ce loup-ci, qui, s'il terrorisait les autres occupants de son album, a bien du mal à s'accommoder de la vie de la chambre de la petite fille, en particulier quand le chat de la maison le prend en chasse. Il essaie de retourner dans son histoire initiale mais il lui est impossible de retrouver la bonne page ! Il tente d'entrer dans d'autres volumes mais il ne se sent jamais à sa place ! Pris de panique, il se jette dans un livre pour échapper au chat et tombe nez à nez avec une petite fille vêtue de rouge... Mais ceci est une autre histoire !
Cet album fait appel à ce qui se cache vraiment derrière la figure du loup : le plaisir de lire et raconter des histoires. En effet, le loup est une représentation que les jeunes enfants, même si on leur a peu lu de livres, identifient instinctivement. Il correspond à une peur viscérale, inexplicable, et on commence la lecture de ce livre avec un petit plaisir sadique à l'idée que le carnassier égorgeur de moutons se fasse transformer en pâtée par le chat de Zoé. Mais rapidement, l'histoire nous met du côté du prédateur détrôné, pas plus épais qu'une petite souris. Et l'empathie se crée avec ce personnage honni parce que... lui aussi a peur !
La bibliothèque de Zoé est elle-même une célébration du plaisir de lire : elle croule sous les livres, qui sont autant d'histoires et d'univers à découvrir. Mais on ne pourra pas tous les rencontrer : un loup n'a rien à faire dans une histoire de dinosaures ou de princesses ! Le loup doit endosser son rôle, incarner le loup du conte, non pas parce qu'il est méchant, ou parce qu'il a envie de manger la petite fille en rouge, mais pour que l'histoire puisse exister et que nous ayons le plaisir de la lire. Ce délicieux album signé par Thierry Robberecht et Grégoire Mabire est une sorte de prequel du Petit Chaperon rouge qui nous donne envie de lire et relire des contes, et toutes les histoires à disposition dans la sublime bibliothèque de Zoé.
Une véritable invitation à la lecture et une porte grande ouverte sur l'imaginaire, à partir de 4 ans.

Pour aller plus loin : 
- Même pas peur des loups ! Une sélection de livres pour la jeunesse. 
- "Dévore-moi !", une création de Manoushak Fashahi sur la dévoration dans les contes à réécouter sur France Culture.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire