samedi 26 mars 2016

L'oeuf, la poule et d'autres choses

Alors que les petits scrutent le ciel de mars pour guetter l'arrivée des oeufs en chocolat, voici quelques lectures de saison pour les faire patienter. 


Pouline vient de pondre ses précieux oeufs, mais voilà qu'ils dévalent la colline et sont chapardés un à un par de vilains gourmands. La pauvre petite poule se lance dans une course folle pour récupérer sa progéniture, cavalcade ponctuée par une petite ritournelle qui dénombre les oeufs restant à chaque étape. 
En dépit de la bien cruelle aventure que vit la petite poule qui perd ses petits un à un, ce livre aux couleurs printanières est plébiscité par les petits. Il faut dire que le texte aux allures de comptine est entraînant et que les illustrations de Thanh Portal donnent des envies de courses champêtres. Inspiré du classique Roule Galette, cet album m'a d'ailleurs remis en mémoire une coutume à laquelle nous nous adonnions enfant à l'occasion de Pâques : chaque enfant du village décorait un oeuf et le lançait du haut d'une colline. Celui qui arrivait le plus loin sans que son oeuf soit brisé remportait un lot... fortement chocolaté.


Avant son déjeuner, Rosie la poule décide de faire un petit tour de la ferme. Ce qu'elle ne sait pas, c'est que le renard profite de son inattention pour la suivre et tenter de la croquer ! Tenter seulement, parce que ce pauvre renard ne cesse d'avoir des accidents dans le sillage de la stoïque petite poule.
Ce classique de Pat Hutchins provoque toujours l'hilarité des plus jeunes qui finissent par se prendre de pitié non pour la pauvre poule chassée mais pour son prédateur malchanceux. L'équilibre des illustrations insiste sur l'impression de mouvement et sur l'effet de surprise. Sur une double-page, on voit Rosie marcher tranquillement devant le moulin à grains, le renard à ses trousses, tout est quasiment immobile. Sur la double-page suivante, tout dégénère : l'innocente petite poule a provoqué la chute d'un énorme sac de farine qui stoppe net le renard, c'est comme si on entendait le bruit de la chute ! Cet album est un parfait exemple pour étudier les relations de causes à effets avec l'enfant, mais aussi, pour les plus âgés à partir de 4 ou 5 ans, de se pencher sur le statut omniscient du lecteur qui en sait plus que Rosie elle-même puisqu'elle n'a aucune idée de ce qui se trame dans son dos et des déboires de son chasseur.
Un classique à redécouvrir, que j'avais d'ailleurs présenté à l'occasion de la sélection maternelle du Prix des Incorruptibles.


Toutes les femelles couvent leur oeufs jalousement et se gargarisent de leur importance de pondeuses... sauf le canard, qui en plus de ne pas avoir d'oeuf à lui, subit les railleries de ces pimbêches. Heureusement, il trouve un oeuf dont il prend le plus grand soin, un oeuf immense tacheté de vert qui certes, est bien disproportionné, mais lui garantira une revanche certaine sur les vilaines moqueuses.


Emily Gravett a un don  rare pour occuper la page, on croirait voir les personnages bouger tant la mise en page et en images est dynamique. Son trait s'attire aussitôt la tendresse du lecteur : les attitudes bonhommes du canard illustrent parfaitement sa déconvenue devant l'injustice qui fait qu'il n'a pas le droit de pondre son propre oeuf. Le moment tant attendu de l'éclosion des oeufs est mis en scène par l'intermédiaire de pages découpées qui ménagent l'effet de surprise.
Une jolie histoire d'oeuf qui se termine, bien sûr, par un pied de nez de notre cher canard qui n'est pas pour nous déplaire.

Dès la couverture, un petit poussin nous prévient : "ce n'est pas l'histoire...". Effectivement, cet album conçu par Michaël Escoffier et Amandine Piu n'est pas l'histoire de beaucoup de choses... qui auraient tout aussi bien faire l'objet d'un album. Le petit poussin égraine donc à chaque page la liste d'histoires potentielles : celle d'un éléphant qui vit dans une boîte d'allumettes, d'une girafe amoureuse d'un nain de jardin et une dizaine d'autres livres dont on découvre la couverture sur la page de droite.

issu de Ce n'est pas l'histoire de..., Michaël Escoffier et Amandine Piu, Frimousse, 2016.
A chaque nouvelle page, on se projette dans la possibilité d'une histoire, et les fausses couvertures d'Amandine Piu si détaillées et rigolotes y jouent pour beaucoup. C'est une véritable invitation à s'imaginer des histoires, et aussi à s'interroger sur les informations qui figurent sur cette fameuse couverture, puisque les auteurs ont poussé l'amusement jusqu'à faire des jeux de mots sur les noms des maisons d'édition ou... leurs propres patronymes. Mais n'oublions pas notre thématique : ce livre ne raconte pas l'histoire de beaucoup de personnages... mais bien celle d'un petit poussin qui cherche sa maman, et la retrouve.
Un album adéquat à partir de 5 ans pour réfléchir à l'objet-livre, aux codes de narration, pour développer son imagination, mais surtout pour rigoler !

Joyeuses Pâques et bon week-end prolongé à tous ! 

Pour aller plus loin : 
- Des livres sur le printemps
- DIY de Pâques

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire