mercredi 2 mars 2016

MEUUUH HIHHHAAAN COCORICOOOO

Rien de tel que des imagiers sur le bruits des animaux pour donner aux bébés le goût des livres. Rien de tel, également, pour détourner un peu les codes et passer un moment hilarant en famille, en jouant gentiment sur l’autorité du lecteur ! Parents, munissez-vous de toute votre autodérision et lancez-vous ! 


Aujourd’hui, c’est jour de concours de cris d’animaux parmi le groupe d’amis du célèbre petit lapin rose d’Audrey Poussier : « tu sais faire le coq ? », lance la souris, qui provoque les hostilités. Et voici que chacun ramène sa science du cri et tous se mettent à vociférer des « COCORICOOOO », des « MIIIAAAAOUU », « COTCOTCODEEET »… au nez et à la barbe de notre cher lapin, qui lui, ne sait rien faire du tout… Sauf le bruit du lapin, bien sûr ! 
Audrey Poussier ménage parfaitement sa chute : le lapin, vexé comme à son habitude de ne pas être au centre de l’attention de ses camarades de jeu, va leur clouer le bec avec son imitation peu conventionnelle du lapin. 
Ce livre très bruyant met le lecteur au défi : il devra rendre compte du tintamarre produit par la joyeuse bande à grand recours de bruit d’animaux et ne manquera pas de provoquer l’hilarité de son auditoire le plus jeune. En plus de cet effet burlesque évident, on se délectera de l’ironie propre à cette série de la talentueuse Audrey Poussier, qui pousse cette fois-ci le vice jusqu’à nous montrer des animaux imiter… d’autres animaux. 
Une réussite, comme nombre des aventures du petit lapin rose


La vache fait meuh, mais qui se cache derrière la vache et qui fait « mêêêê » ? Le mouton, qui fait « mêêêê », mais qui se cache derrière le mouton en criant « bêêêê » ? 
La répétition ne fait pas peur au duo comique Leroy-Maudet… et elle aboutit souvent sur un délicieux clin d’œil destiné à l’adulte, sans pour autant oublier le profond plaisir de l’enfant. Cette fois encore, ce livre cartonné tout droit sorti de l’imagination débridée de la collection Loulou & Cie, dépasse le simple imagier des sons, qui, avouons-le, provoque souvent un ennui profond pour le lecteur. L’adulte est mis au défi de jouer plusieurs animaux, et l’enfant de deviner qui sera celui de la page suivante. Ce jeu de question-réponse conduit à coup sûr à de grands moments de complicité.
Parfait pour apprendre les cris des animaux en rigolant à partir d'1 an


Georges est un adorable petit chien, mais contrairement à ce que font les autres chiots et conformément à ce que lui demande sa maman, il ne fait pas « wouf ! », mais « miaou », « oink » ou même « meuh »… C’en est trop pour la maman de Georges, qui décide de le faire examiner par un vétérinaire qui découvre la cause de ce dysfonctionnement en sortant tour à tour un chat, un canard, un cochon et même une vache de la bouche du petit chien ! 
Cet album débute comme une classique petite histoire destinée à enseigner le cri des animaux, et dérive rapidement vers le genre surréaliste dès que le vétérinaire se met à sortir des animaux dix fois plus gros que la gueule du mignon petit chiot. La surprise est entière mais elle séduit les enfants à chaque lecture. Les illustrations assez réalistes des animaux tranchent avec l’impossibilité de la situation et provoquent un décalage surprenant. Le rythme, également, est proche de la perfection : la répétition des questions de la maman de Georges, si proche des ennuyeux contrôles des adultes envers les connaissances leur enfant (« Quel bruit fait le chien ? Et le chat ? Bravo ! ») est finalement déjouée par l’incongruité de l’explication fournie par la visite chez le vétérinaire. La mère, si fière d’entendre son petit faire enfin « wouf », comme le sont tous les parents devant les prouesses de leur enfant, n’est pourtant pas au bout de ses peines. Quand elle lui demande d’aboyer à nouveau devant tout le monde, il lui rétorque « Bonjour ! », mot final de cet astucieux album en forme de pied de nez aux injonctions répétitives des parents !

Pour aller plus loin : 
- Le petit lapin rose d'Audrey Poussier fait partie de la sélection spéciale "Terrible two !"
- Un autre pas de côté par rapport à l'imagier traditionnel : Ouaf, Miaou, Cui-cui de Céline Boyer, a été chroniqué ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire