dimanche 2 juillet 2017

Les découvertes de la semaine - 1

Vous l'aurez remarqué, le blog n'est pas très régulier en ce moment et il m'est difficile de tenir mes engagements en terme de rendez-vous. Alors, à la façon des "Bits and pieces" des autres, je me mets à résumer les découvertes de la semaine en quelques clichés, cette-fois ci exclusivement littéraire.


Cette semaine a été l'occasion : 

1/ de retrouver le classique de Tomi Ungerer Emile oublié en province et de raconter à nouveau cette histoire d'amitié insensée entre le capitaine d'un bateau et un poulpe (l'école des loisirs, 1978).

2/ de découvrir le loup Mordicus créé par Didier Lévy et croqué (très joliment, allez voir son portfolio !) par Marie Novion à l'occasion de la parution du deuxième tome de ses aventures aux éditions Sarbacane. Ce loup retraité correspond parfaitement à nos attentes à la maison : il a un sale caractère, aime la musique et la bonne chère, et il a surtout une bonne dose de second degré. 

3/ de recevoir le numéro d'été du magazine Pomme d'Api que nous recevons depuis le mois de septembre. Une petite ferme est à construire ce mois-ci, nous la mettrons de côté pour les trajets que nous réservent les vacances. Les enfants sont ravis de retrouver leurs héros fétiches (Samsam, Adélidélo...) mais je dois avouer que je suis personnellement un peu sur ma faim. J'ai clairement été appâtée par l'école à construire du premier numéro de la nouvelle formule et avec le recul je regrette un peu mon choix d'abonnement. 

4/ d'ouvrir (enfin !) un poche que j'ai reçu pour mon anniversaire, à savoir Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee, initialement publié en 1960 et qui raconte l'Alabama ségrégationniste des années 30 depuis le point de vue de Scout, petite fille de 7 ans dont le père défend les droits d'un Noir accusé d'avoir violé une Blanche. Je regrette d'avoir débuté ma lecture de son oeuvre par une traduction : pour être tout à fait honnête je n'en attendais pas grand-chose, pensant à tord que ce livre n'était qu'un best-seller parmi d'autres pour la bonne et simple raison qu'il évoquait des questions politiques. En plus de décrire l'Amérique profonde en pleine Dépression, Harper Lee donne à lire l'enfance dans tout ce qu'elle peut avoir d'espiègle et de sérieux, de naïf et de loyal avec l'exemple de ces deux enfants profondément bouleversés par la décision de leur père de défendre un "nègre" envers et contre tous. Une lecture à la fois facile et profonde à ajouter dans votre cabas de plage

5/ d'acheter sur les conseils de Delphine de l'Etagère du Bas (dont il faut suivre tous les conseils en ce qui concerne la littérature jeunesse !) La fabuleuse histoire de la poire géante (PKJ, 2012) de Jakob Martin Strib, une histoire sans queue ni tête mais surtout à mourir de rire qui m'a rappelé les univers loufoques de Richard Scarry et Roald Dahl. J'ai hâte que mes enfants grandissent un peu pour pouvoir leur lire. 

6/ d'avancer dans le cahier d'activités Yakari à savoir poursuivre nos dessins et coloriages qui demandent parfois beaucoup de minutie, finir les collages de gommettes pour les plus jeunes de la maison... et aussi en profiter pour regarder un ou deux épisodes des aventures du petit indien et son cheval Petit Tonnerre en dessins animés ! 

7/ de malheureusement passer complètement à côté de la série Piratosaure créée par Alex Sanders qui nous a été conseillée par un ami. Pour moi, impossible de comprendre l'humour ou même l'intérêt de l'histoire ! Les enfants ont en revanche été très séduits par la notion même de "piratosaure" qui est manifestement une super idée de monstre (un mélange entre un pirate et un dinosaure qui se nourrit exclusivement d'or !). Je suis peut-être trop vieille pour apprécier la littérature jeunesse, finalement !

N'hésitez pas à suivre l'activité du blog sur les réseaux sociaux : 

Bonne semaine !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire