mercredi 16 mai 2018

Aux irremplaçables doudous

Symbole de l'enfance, le doudou est le meilleur ami, le premier confident, le compagnon serviable toujours présent pour braver la tempête. Pas évident de saisir l'attachement qui peut sembler parfois irrationnel aux adultes, mais ces quelques albums parviennent à mettre le doigt sur ce lien si particulier et important.


Lola mène sa vie de petite fille sous le regard attendri de son doudou, Chou. C'est simple, partout où elle se trouve, son cher koala est présent, au moins dans ses pensées. Malheureusement, l'impensable arrive et le quotidien de l'enfant se voit bouleversé par la disparition de la peluche. 
L'histoire débute de façon légère. Les traits qu'Elodie Perrotin donnent à l'adorable Lola en font une petite fille joyeuse à qui rien ne peut arriver. Il lui arrive une déception, que chaque adulte jugerait relativement surmontable mais le charme opère et on est touché par la peine de l'enfant. Même s'il ne s'agit "que" d'un doudou, sa disparition va donner lieur à une véritable battue dans la maison, dans le quartier et même à l'autre bout de la planète où habite le cousin de Lola. Si les illustrations exagèrent les émotions de Lola (dont les rigoles de larmes tombent en jet jusqu'au sol) on ne prend jamais ses émotions avec désinvolture, comme elle, le petit lecteur sera mortifié à l'idée de perdre son fidèle ami, et comme ses parents, les adultes auront envie de tout faire pour qu'elle le retrouve... Quitte à s'arranger un petit peu avec la réalité si besoin.


Rassurez vous, les couleurs vives de l'album et les mines engageantes des personnages ne vous ont pas trompé sur la marchandise et malgré la grande tristesse liée à la perte de son doudou tout finit par s'arranger pour Lola et Chou, ou plutôt... Un koala en peluche qui lui ressemble énormément ! 
Cet album aborde avec énormément de tendresse le petit drame de la perte du doudou en hésitant pas à faire un clin d'oeil complice aux parents qui ont parfois plus d'un tour dans leur sac pour éviter ces petites tragédies de l'enfance.

CONCOURS : Jusqu'au 20 mai vous pouvez tentez de remporter 3 exemplaire de La Disparition de Chou ainsi que des étiquettes personnalisables de la marque Ludilabel pour être certains de ne pas perdre le meilleur compagnon de votre enfant :

Le roi entre dans son château avec une mystérieuse boîte bleue. Dans son bain, à table, sur son trône, il emporte sa petite boîte partout et ne cesse de la couver du regard. Quel trésor rarissime peut-elle bien contenir ? 
Vous devinerez facilement quel joyau de la couronne abrite la petite boîte bleue, il s’agit bien entendu du doudou du roi. Les plus jeunes lecteurs et lectrices se reconnaîtront dans l'unique personnage que contient cet album. Il est, en effet, lui-même très petit. Le mobilier de son royaume paraît sur-dimensionné en comparaison à ce minuscule souverain. Le style des illustrations est lui-même presque naïf : de grands aplats de peintures dont on distingue les traces de pinceaux comme on devine nettement les tracés de construction au crayon. Elles sont assez proches des peintures que les enfants pourraient eux-mêmes réaliser : le roi a une figure bien ronde, avec deux ronds de peinture rouge pour figurer ses bonnes joues.


Le style d’Éric Battut s’accorde tout à fait avec l’état d’esprit enfantin. En plus des images, le texte joue sur la répétition d’une phrase qui fonctionne comme un refrain. L’air de rien, l’histoire emmène le petit-roi/lecteur vers son lit où il ou elle peut passer la nuit avec son ours en peluche en sécurité. La chute n’est pas très surprenante, surtout si l’on se met à la place d’un tout-petit pour qui un doudou est l’objet le plus précieux sur terre. Une métaphore tendre et naïve l’attachement des petits à leur doudou.
On parle souvent de l'attachement qui relie l'enfant à son doudou, mais qu'en est-il de l'inverse ? Un petit hibou attend patiemment sur les étals du magasin de faire la rencontre qui changera son existence. Il passera de la vie de simple jouet en compétition avec bien d'autres à celle, unique, de doudou.
Le texte est simple, adapté aux très jeunes enfants et les illustrations feront fondre les coeurs les plus endurci. Le doudou reste inanimé, seuls ses yeux bougent et fixent tour à tour le papa qui l'achète, les autres jouets, son jeune propriétaire... si bien qu'on adopte son point de vue et on comprend son envie de sécuriser le Bébé qui l'a élu. Magali Le Huche donne une belle place à cet objet qui apporte tant aux enfants dans leur découverte du monde : il rassure en cas d'angoisses, câline au moment de s'endormir et prépare doucement à se séparer de ses parents pour grandir.
Si vos tout-petits ont jeté leur dévolu sur ce premier ouvrage cartonné, la suite des aventures de Doudou et de Bébé sont également disponibles chez Actes Sud Junior

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire